En avril, j’avais prévu de ne faire que de l’endurance pure pendant deux semaines avant d’introduire des séances à allure plus élevée en préparation du 10 km Adidas de Paris qui aura lieu le 9 juin. J’ai respecté ce programme mais les résultats ne sont malheureusement pas au rendez-vous.

Lors de mon bilan précédent, je disais avoir rencontré « des hauts et des bas niveau forme ». Ce mois-ci, il y a surtout eu des bas. Non pas que je me sente mal quand je cours ou que l’effort soit plus difficile, mais je cours moins vite avec une fréquence cardiaque similaire.

Est-ce à cause de mes séances de fractionné ? J’en doute très fortement. Je n’en ai fait qu’une fois par semaine pour un total de seulement trois fois dans le mois. D’ailleurs, à cette occasion, je me suis dit qu’il allait être difficile pour moi de tenir une allure de 4 min 30 au km sur dix bornes (dernière séance sur Polar Flow). C’est pourtant mon objectif… Verdict la semaine prochaine !

Je pense plutôt que ma régression est due au manque de sommeil. Mon métier est fatigant ; je n’ai pas des horaires hebdomadaires classiques et je me lève parfois très tôt. J’ai trouvé ce mois particulièrement éprouvant de ce côté-là, alors je pense qu’il est le principal responsable de ma petite forme.

Polar indique clairement une baisse de ma VO2max de 57 à 55. Il va falloir que j’inverse la tendance de cette courbe.

Capture d'écran de Polar Flow
Capture d’écran de Polar Flow

Pour repartir sur de bonnes bases en juin, je compte, après la course du 9, reprendre un entraînement exclusivement aérobie en suivant rigoureusement la méthode Maffetone, dont je vous parlerai en détail très prochainement. Sachant que je serai ce mois-ci beaucoup en vacances, je vais pouvoir me reposer et, je l’espère, retrouver durablement le chemin de la progression.